ELOGE AU PLAISIR
Voila plusieurs jours que je suis privé de plaisir.

Commençons par définir ce qu'est le plaisir:
État affectif lié à la satisfaction d'un désir, d'un besoin, d'une inclination.
Encore faudrait-il définir désir!

Le plaisir semble se situer à l'opposé de la douleur. Alors que désir induit une grande envie
Certains iront jusqu'à mentionner épicurisme et hédonisme.
On associe facilement quelques adjectifs au mot plaisir, soit: plaisir physique, sexuel, intellectuel, esthétique.

Le plaisir est certes causé par quelque chose. Le plaisir des sens. Le plaisir d'offrir. Faire plaisir. Prendre son plaisir où on le trouve.
En d'autres mots, il s'agit d'émotion agréable, de joie, de satisfaction.

D'ailleurs lorsque ce n'est pas une partie de plaisir, ce n'est pas agréable, n'est ce pas? Nous souhaitons souvent aux autour de nous bien du plaisir à tout le monde

Ce devoir que je me propose de faire est de me concentrer sur l'objet ou l'action qui cause du plaisir. Qui procure du plaisir.

N'est il pas vrai que la volonté de quelqu'un est ce qu'il lui plait de faire?

Il s'agit là de sa volonté arbitraire, qui ne relève d'aucune règle, qui ne dépend que du caprice, sans motif, sans raison valable

Récapitulons: il s'agit donc d'un état, d'un sentiment de satisfaction dérivé de quelque chose qui nous plait.

On peut même y ajouter certains synonymes tel: bonheur, contentement, délectation, délice, jouissance enfin par extension, souhait, prédilection, volupté.

Quel est donc ce fameux plaisir dont je suis tant privé et qui me coûte amèrement tant en sautes d'humeur qu'en état d' ''amorphie'', car tout en moi disparaît, le caractère, la volonté, l'énergie.

Et pourtant l'objet est simple. Tout le monde le vit ou presque. Il fait partie de la vie. On n'en meurt pas s'il nous manque mais sa participation tend à rendre le monde un peu plus heureux. En effet pour certains et certaines c'en est devenu une raison d' être où on en veut à outrance, alors que pour la moyenne, on le prend quand ça vient.

De quel plaisir s'agit-il donc?

Procédons par élimination:

La lecture est un plaisir pour certains, dont moi. Je ne lis pas comme la moyenne du monde, je lis énormément. De cette façon, je m'instruis et m'enrichis de tant de découvertes. J'y trouve un plaisir immense et il n'y a pas un jour ou je ne me régale pas de cette activité.

Quel est donc ce fameux plaisir dont je suis tant privé et qui me coûte amèrement tant en sautes d'humeur qu'en état d' ''amorphie'', car tout en moi disparaît, le caractère, la volonté, l'énergie.

La lecture est un plaisir pour certains, dont moi. Je ne lis pas comme la moyenne du monde, je lis énormément. De cette façon, je m'instruis et m'enrichis de tant de découvertes. J'y trouve un plaisir immense et il n'y a pas un jour ou je ne me régale pas de cette activité.

Profiter du soleil et aller à la plage est une autre forme de plaisir. Et là aussi, dés que l'occasion se présente, je saute dessus. Je reviens d'ailleurs d'un court séjour en Floride et je ne pouvais revenir sans faire quelques plongeons dams la belle plage de Siesta Key

Rencontrer du monde et échanger une conversation intéressante et sympathique est aussi un plaisir que j'aime partager. Là aussi, je fais en sorte d'en tirer profit même si parfois les bons éléments manquent pour en faire un succès.

Travailler dans son jardin, jouer à l'agronome ou l'herboriste peut être considéré comme une partie de plaisir car nous obtenons un résultat satisfaisant suite à la cueillette de tomates ou de concombres que nous dégustons avec malice

Jouer avec des enfants, surtout si ce sont ses propres est un des plus beaux cadeaux que l'on peut s'offrir. J'ai donc ce privilège que je ne cesse de renouveler pour en tirer une merveilleuse satisfaction

Aller au cinéma, au théâtre, au restau, voir un spectacle, prendre un bain de foule durant une partie de tennis sont aussi des activités qui peuvent donner du plaisir si l'on aime ça. C'est quelque chose que je fais de temps en temps, sans plus et ne me sens guère privé si j'en manquais.

Collectionner des timbres, mettre à jour des albums de photos, préparer en détails son prochain voyage, envoyer lettres ou emails à d'anciens amis pour ne pas les perdre, organiser une sortie de groupe, faire une réception chez soi en invitant plusieurs personnes différentes et causer une certaine interaction, tout ceci peut être considéré comme une forme de plaisir,

Faire du ski, de la plongée sous-marine, de l'aéroglisseur, de la montgolfière, faire un sport qui sort du commun apportera certes un plaisir hors du commun. Tout comme jouer aux cartes avec son groupe d'amis ou l'on connaît les règles.

Écrire, soit un roman, soit une nouvelle, soit un poème, soit un ramassis de belles choses cueillies ça et là sans vouloir les perdre est pour moi un plaisir inégalable. D'ailleurs, quand je ne lis pas, je passe une bonne partie de mon temps à écrire. Peu importe, j'écris, cela me soulage, c'est devenu pour moi une thérapie.

Faire travailler son imagination. Rêver. Penser à des situations mirobolantes.

Quel plaisir de naviguer, de virevolter hors de la planète, de ne se soucier de rien. Et voilà encore le type de plaisir que je chéris et auquel je m'attache.

Bien s'habiller pour sortir, se parfumer, se doter de ses beaux bijoux, se mettre sur son trente et un(je sais qu'il y a un chiffre et je ne me souviens plus lequel), aller faire la bringue et bien se sentir, voilà un autre plaisir qui nous est accordé à tous si seulement nous voulions y succomber.

Ou en suis-je rendu?
Aurai-je oublié d'autres plaisirs?
Je suis sur qu'après cet inventaire, vous avez tous découvert le plaisir dont je suis privé, vu que je ne l'ai pas mentionné.
Ne perdez pas patience, je vous prie, il devrait arriver, du moins je le souhaite, car à la vitesse actuelle, on risque de se rendre aux cent jours et alors, une marque historique naîtrait, et je crois qu 'à ce moment là, je ne mériterai plus de faire partie de notre soci été et mieux vaudrait disparaître pour de bon.

Et voilà que tout à coup, ce contre quoi j'ai lutté des années de temps, à savoir, la dépression, est entrain de refaire surface. J'ai beau m'y opposer, ne plus prendre les Paxil que l'on m'a prescrit, voire les choses plus clairement, me dire que cela passera, chose que j'ai apprise de Chateaubriand qui du haut de l'Acropolis a bien dit'' Tout passe tout finit dans ce monde''