LA COMMUNICATION

J'ai appris quand j'étais plus jeune que la communication est très importante.
Un peu plus tard, sur le marché du travail, je découvre que le manque de communication coûte des fortunes à toutes les compagnies.
Des départements entiers sont mis sur pied pour éviter cette lacune. Et je prétends que le problème se sera jamais résolu tant que nous faisons affaires avec des êtres humains dotés de tous leurs défauts.

Je me demande aujourd'hui que si de plus en plus de compagnies se tournent vers l'utilisation de robots pour la simple raison d' éviter les pertes causées par ce manque de communication. En effet le robot a l'avantage de ne pas avoir d'émotions.

Et oui, ce sont ces émotions qui causent l'incompréhension entre les individus de toutes les soci étés.

Or le mot communication vient du verbe communiquer qui signifie transmettre, faire partager, faire passer d'une chose à une autre. Communiquer avec quelqu'un, c'est être en relation avec elle ou lui.
Ainsi, la communication devient un moyen de liaison entre deux personnes. Nous nous servons ainsi par le langage articulé de transmettre une information à un autre sujet, lequel la reçoit, la comprend ou pas et ainsi cause un problème.
Nous nous devons donc de communiquer et ainsi contribuer de façon utile et facile à la paix des autres et à la notre car le silence génère plutôt l'anxi été et la suspicion.

Nous ne pouvons pas refuser de communiquer , car le faire serait une défaillance, un échec, un défaut. Nous avons le privilège du langage et c'est ce à quoi il sert. Tous les membres de l'espèce humaine parlent, alors...

J'irai même jusqu'à dire que le monde animal à lui aussi cette capacité de communication. Il n'y a qu'à entendre les oiseaux lorsque ceux-ci chantent sans arrêt, émettant des sons et des bruits bizarres pour nous mais certes pas pour eux. N'aimerions-nous pas comprendre ce qu'ils se disent?

Je crois que de nos jours, les universités ont ajouté à leur programme des cours en communication. Il faut croire que la soci été reconnaît qu'il y a là à manque à remplir. Et heureux serons-nous s'il ne s'agissait que de ce manque là. Je m'arrête car cela risque de flamber.

1

Depuis toujours, ayant tant souhaité communiquer avec le monde je me suis engagé dans la mission d'apprendre plusieurs autres langues de façon à pouvoir m'exprimer et comprendre les autres. J'ai eu le privilège de faire de nombreux voyages à l'étranger et ai eu l'occasion de pratiquer plusieurs langues.

Oui, je suis chanceux, car après une à deux semaines dans un pays, j'amasse assez de vocabulaire au point où les locaux n'en reviennent pas. Je me souviens qu' après avoir passé deux semaines à Hong Kong, je me suis dit: maintenant je vais à Taïwan et on me comprendra, et j'ai appris que les deux parlers chinois étaient différents, l'un le Goyu ( cantonais) et l'autre le Putangwha ( le mandarin). Qu'à cela n'y fasse, au bout d'un autre deux semaines tout allait bien,

J'ai trouvé le Japonais et le Coréen comme langue facIles vu qu'il n'y avait pas les intonations chinoises qui définissent la phrase. Leur prononciation est presque latine. Les sons se prononcent presque comme en français.
Sayonara se prononce sa yo na ra, et de même pour Kamsa Hamida, kam sa ha mi da.

Mes voyages précédents étaient en Espagne et en Italie, et après quelques visites. Je ne débrouillais assez bien dans les deux langues que je les intervertissais facilement. Je me souviens qu'à mon premier voyage à Rio, ne connaissant pas encore le Portugais, entre le Français,l'Espagnol et l'Italien, tout le monde me comprenait.

Et dire qu'il y a encore tant de pays et tant de langues que je ne connais pas.
Aurai-je jamais le temps?
Oui, le temps, ce fameux bonhomme qui nous fait souvent défaut!
Aujourd'hui, je ne ne presse plus. Tout arrivera en temps et lieu. J'y crois fermement.

Si seulement le monde pouvait s'arrêter et comprendre la valeur de la communication grâce à laquelle nous bénéficions de tant de bontés, de tant de plaisirs et de richesses, alors nous serons de bien meilleures personnes