LE MESSIE, 5 Mars 2020

Et voila que je me retrouve en auto, ce Samedi après-midi, me dirigeant chez des amis pour prendre le thé, chose à ne pas faire durant cette période de COVID 19.

La radio propose une chanson: MASHIAH. J'ecoute la chanson pour la nième fois et me repose la même question:
Jusqu'à quand allons-nous répéter ces mêmes mots sans jamais voir de résultat?

Le sens de cette chanson est de chanter, prier,crier et demander à ce Messie de venir car nous l'attendons depuis si longtemps .
Cette supplication date de plusieurs . Il est vrai que notre peuple a souffert à travers les âges et ne cesse de demander Dieu de venir le sauver.
Et ce sauveteur selon cette tradition que nous nous sommes inventés n'est nul autre que le Messie.

Et qu'est-ce qu'un Messie?
Le dictionnaire nous dira que c'est un libérateur, un rédempteur des péchés, divinement nommé Roi et envoyé par Dieu pour rétablir Son royaume sur Terre promis aux hommes dans l'Ancien Testament, et que les chrétiens reconnaissent en Jésus-Christ.

Il reste que cette attente messianique est une des données permanentes du Judaïsme. Les prophètes ont entretenu cette espérance populaire d'un ´fils de David' qui viendra soulager le monde de ses misères. Et le monde Juif dans son ensemble y croit.

Durant ces deux derniers millénaires, de nombreux messies apparurent, se disant, chacun l'élu de Dieu. Le seul à avoir connu un sort unique fut Jésus de Nazareth.

1

Chez les Juifs, les deux plus connus sont: David Réubéni ( autour de 1500) et Chabétaye Tsévi ( 1650) Plusieurs autres ont été reconnus comme tel.
A commencer par Simon Bar Kokhba( autour de l'an 125) qui a fondé un État Juif très bref avant d' être battu dans la seconde guerre JUDÉO-ROMAINE. Il fut suivi par Moses de Crête (460), Moses Betarel (1470), Asher Lammlein (1500), Jacob Querido ( 1670), Miguel Cardoso(1700) et plus jusqu'au 7 iem Rebbe Menachem Mendel Schneerson (1902–1994), du Chabad Lubavitch,dont les disciples, adeptes et partisans prétendent qu'il est le Messie.

Et moi, dans tous ça, où suis-je et que fais-je?
Rien
Je n'y crois pas...qu'un homme ordinaire ou brillant se targue de venir sauver l'humanité. Oui, nous avons eu un Gandhi à un moment donné, mais ....
Plusieurs ont donc prétendu être le Messie pour finir par être considérés comme des menteurs. Le monde Juif y a cru un bout de temps, tellement il avait hâte à être secouru.

Et de nos jours, encore une fois, il y a cette angoisse qui frise la folie de vouloir voir et recevoir cet individu. Dans le monde entier les membres orthodoxes de diverses factions du Judaïsme, dont le Chabad en particulier, ameutent les masses et entrent en transe, perdant le contrôle de soi, sous l'effet d'une surexcitation ou d'une émotion intense.

2

Une telle situation me désole et cela fait que mon problème est le suivant: si j'y ai cru mes premières années, je dois avouer qu'aujourd'hui, je n'y crois plus et je sais que ceci va à l'encontre de notre croyance. Des gros mots que je viens de lancer là. Et c'est pourquoi je fais cet exercice pour rationaliser, justifier et voir comment me sortir de ce pétrin que je m'inflige.

J'ai lu Maimonides et les treize principes qu'il propose. Les lisant l'un après l'autre, j'étais d'accord avec lui, mais au moment où il dit qu'il faut croire à la venue du Messie, j'ai déposé le livre.
Et quel livre: Le Guide des égarés est un puits de philosophie qui s'adresse aux perplexes de son époque. Écrit en arabe, car c'était la langue de la majorité des Juifs, en Espagne et en terres arabes . J'avoue cependant qu'il est un peu dur à lire, car nécessitant certaines connaissances bien que l'auteur se plie en quatre pour nous éclairer.

Et je dis que ne suis pas d'accord avec lui quand il insiste qu'il faut bien attendre le Messie. Maimonides nous a quitté voila plus de huit cent ans et bien d'autres avant lui ont aussi attendu cette fameuse venue. Dois-je moi aussi me plier à ce caprice?

Je prétends que nous avons là un personnage imaginaire. Notre religion nous a fourvoyé toutes ces années, nous faisant croire de telles balivernes. Et nous avons toujours cru, tellement nous sommes crédules. Sinon, respectueux de ce que nos soi-disant supérieurs nous incitent à respecter.

Non, je ne crois pas. Cela ne m'empêche pas de rester Juif. Même si on-dit que celui qui ne croit pas en la venue du Messie n'aura pas la chance de le rencontrer.