Je suis totalement choqué.
J'ai écrit jusqu'à présent trente-six éloges et je viens de me rendre compte, à cette minute même, que l'un des plus importants d'entre eux ne figure pas dans cette liste.
Je parle de l'INTELLIGENCE.
Abordons ce sujet difficile.

Je dis difficile parce que je me rends compte à quel point il me sera difficile de penser, de parler, d'écrire sur ce sujet. Car, pour moi, pour le faire, il faut avoir une certaine maturité d'esprit.
Et c'est peut-être la raison pour laquelle j'ai hésité à écrire sur l'intelligence, n'étant pas si sûr d'en avoir assez.

Alors que certaines personnes peuvent penser que je suis intelligent, pour ma part, j'insiste pour dire que je ne le suis pas, car si je l'étais, ma vie serait certainement différente. Et qu'est-ce que l'intelligence, sinon la capacité de comprendre, de découvrir les relations entre les faits et les choses. Je me réfère à cette attitude de comprendre facilement, d'agir avec discernement.

Et malheureusement, quand nous voyons comment nos gouvernements agissent parfois, nous nous demandons s'ils sont guidés par ces normes. Car nous sommes tous d'accord pour dire que nous avons plusieurs problèmes et que nous sommes incapables de les régler. Qui d'autre que Bertrand Russell pour nous rappeler qu'on ne peut pas être intelligent simplement en choisissant ses opinions. L'homme intelligent n'est pas celui qui a tel ou tel point de vue, mais celui qui a de bonnes raisons pour ce qu'il croit et qui ne le croit pas dogmatiquement.

Qui n'est pas d'accord pour dire que l'intelligence est la capacité de résoudre des problèmes ? Ce que nous appelons intelligence est le résultat de l'éducation, des opportunités et de l'expérience.
John Kennedy a utilisé une phrase célèbre lors d'un dîner à la Maison Blanche pour un groupe des plus brillants esprits de la nation de l'époque. Sa déclaration était la suivante :
''C'est peut-être l'assemblée la plus intelligente qui se soit jamais réunie à la Maison Blanche, à l'exception de la mort de Thomas Jefferson seul''.

Yuval Harari a soulevé une nouvelle question : Lequel des deux est le plus important, l'intelligence ou la conscience ? Il semble que la réponse soit simple : L'intelligence est obligatoire alors que la conscience est facultative.

Darwin a démontré que la vie intelligente peut évoluer sur cette planète, que ce n'est pas une possibilité spéculative. Nous nous trouvons à une croisée , à la distance des étoiles, parcourant ce long voyage dans le temps. Oui, nous allons émerger de notre choc existentiel.

C'est Rumi qui a dit : "Hier, j'étais intelligent, alors j'ai voulu changer le monde. Aujourd'hui, je suis sage, alors je me change moi-même. En employant certaines de ces techniques dans notre vie quotidienne, nous pouvons nous améliorer et avoir naturellement une influence positive sur le monde qui nous entoure.

Et en effet, lorsque nous regardons autour de nous, nous finissons toujours par juger les gens. Celui-ci est intelligent, mais l'autre, que Dieu me pardonne, est un idiot. Ses commentaires n'ont aucun sens et aucun bon sens. Et là, le mot sens a tout son sens, toute sa valeur. Peut-il être associé à l'intelligence ? Pourquoi pas ? Mais rappelons-nous que le bon sens est la chose la plus partagée au monde...

Certains se souviennent peut-être que George Berkeley se considérait comme le grand champion du bon sens. Il proposait une solution qui lui semblait évidente et qui écartait d'un coup tous les dangers, bannissant les inquiétudes sceptiques et athées. Il en va de même pour l'opinion de tout homme selon laquelle tous les objets sensibles ont une existence naturelle.

L'intelligence se présente sous plusieurs formes, l'une d'entre elles se trouve dans les Proverbes X,19 :
Celui qui parle beaucoup peut éviter le péché, brider ses lèvres, c'est faire preuve d'intelligence.
Ce que je trouve triste aujourd'hui, c'est ce qu'on appelle l'intelligence artificielle (IA). Comme elle se présente, elle annonce la disparition de l'individu et la fin de l'espèce humaine. L'avenir est inquiétant. Comment peut-on être heureux ?

Cela m'ennuie vraiment d'évoquer cette phrase du Général de Gaulle. " En général, les hommes intelligents ne sont pas courageux ". J'ai trouvé cela dans le livre d'Eric ZEMMOUR : "La France n'a pas dit son dernier mot". Je préfère plutôt ces mots d'Albert Einstein : "L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'idiot. Le contraire est totalement impossible"

Et bien sûr pour finir, on peut se demander pourquoi accordons-nous tant d'importance à l'intelligence? Une personne intelligente est-elle plus heureuse que moi?
Les universitaires soutiennent que l'importance du renseignement est la survie et la prospérité des nations, car sans lui, une nation peut être attaquée ou empiétée par surprise, alors que si elle l'avait su, elle aurait pu l'éviter. La survie d'une nation dépend de la protection de ses intérêts nationaux. Et voici que le renseignement se mêle à l'intelligence.

Plutôt qu'élaborer sur l'intelligence artificielle, je préfère dire quelques mots de l'intelligence émotionnelle . Cette dernière est la capacité qui permet de contrôler nos émotions et de les exprimer de manière pertinente.Bien que le mot « intelligence » soit lié à la mémoire et à la capacité cognitive, d'autres zones du cerveau sont étudiées.
Nous agissons dans notre vie quotidienne en ressentant d'abord quelque chose, puis nous réfléchissons sur ce sentiment.

 

I am totally shocked.
I have written so far thirty six praises and just realized , this very minute, that one of the most important of them all is not in that list.
I am talking about INTELLIGENCE.
Let's tackle that difficult subject.

I say difficult because I realize how hard it will be for me to think, speak, write about this subject. For, to me to do so, one must have some maturity of mind.
And this may be the reason I hesitated writing about intelligence, not being so sure I have enough of it.

Whereas some people may think of me as being intelligent, I for one , insist not being so, for if I were, maybe my life would be different. And what is intelligence if not the ability to understand, to discover relationships between facts and things. I am referring to this attitude to understand easily, to act with discernment.

And sadly, when we see how our governments act at times, we wonder if they are guided by these norms. For we all agree that we have several problems and are unable to fix them. Who else than Bertrand Russell to remind us that you cannot be intelligent merely by choosing your opinions. The intelligent man Is not the man who holds such and such views but he man who has sound reasons for what he believes and yet does not believe it dogmatically .

Who won't agree that intelligence is the ability to solve problems? What we call intelligence is the result of education, opportunity and experience.
John Kennedy used a famous saying at a dinner in the White House for a group of the brightest minds in the nation at that time. His statement was:
´´This is perhaps the assembly of the most intelligence ever to gather in the White House with the exception of when Thomas Jefferson died alone ´´

Yuval Harari raised a novel question : Which of the two is more important, intelligence or consciousness ? It appears that the answer is straightforward:
Intelligence is mandatory while consciousness is optional.

Darwin did demonstrate that intelligent life can evolve on this planet, that it is not a speculative possibility. We find ourselves joined a cross the distance if stars, traveling this long journey of time. Yes, we will emerge from our existential shock.

It was Rumi who said :" Yesterday I was clever, so I wanted to change the world. Today, I am wise, so I am changing myself. By employing some if these techniques in our everyday lives, we can improve ourselves, and naturally have a positive influence on tge world around us.

And indeed, when we look around us, we always end up judging people. This one is intelligent, but this other one, God forgive, is an idiot. His comments have no sense and no common sense. And now the word sense has all its meaning, all its value. Can it be associated to intelligence? Why not? But let's remember that Common sense is the most widely shared thing in the world..

Some may remember that George Berkeley regarded himself as the great champion of common sense. He proposed a solution that seemed obvious to him and which dismissed all the dangers at a stroke, banishing both sceptical and atheistic concerns. The same goes for the opinion of every man that all sensible objects have a natural existence.

Intelligence comes under many forms, one of them is found in Proverbs X,19:
He who speaks much can avoid sin, to curb his lips is to show intelligence.
What I find sad today is what we call Artificial Intelligence (AI). As it looks, it announces the disappearance of the individual and the end if the human species. The future is worrying. How can one be happy?

It truly bothers me to bring up this sentence from General de Gaulle. " In general, intelligent men are not courageous. This was found in Eric ZEMMOUR book:France has not said its last word. I rather prefer these words of Albert Einstein :"The advantage of being intelligent is that you can always play the fool. The opposite is totally impossible."

And of course, to finish, we can ask ourselves why we give so much importance to intelligence? Is an intelligent person happier than me?
Scholars argue that the importance of information is the survival and prosperity of nations, because without it, a nation can be attacked or encroached upon by surprise, when if it had known, it could have avoided it. The survival of a nation depends on the protection of its national interests. And here information is mixed with intelligence.

Rather than elaborate on artificial intelligence, I would rather say a few words about emotional intelligence. Emotional intelligence is the ability to control our emotions and to express them in a relevant way. Although the word "intelligence" is linked to memory and cognitive ability, other areas of the brain are being studied.
We act in our daily lives by first feeling something and then reflecting on that feeling.