QU'EST-IL ADVENU DE NOTRE HUMANITÉ ?  In English

Pour commencer, je dirai que je ne suis ni un philosophe ni un grand penseur. Une personne simple qui essaie de comprendre le monde d'aujourd'hui et si j'essaie de le comprendre, c'est parce qu'il ne semble pas être comme il a toujours été.

D'accord, nous sommes dans un siècle différent et oui, beaucoup de choses ont changé. Mais, en tant que personne, je n'ai pas changé, je suis la même, je souhaite vivre une vie heureuse. Tout un grand mot, une vie heureuse!

Je veux penser que beaucoup de mes lecteurs partagent peut-être la préoccupation que je vis. Quand on ne reconnaît pas son voisin parce que son attitude s'est totalement transformée, on se pose des questions.

Je suis donc allé voir mon voisin et lui ai posé ma question. D'abord, il m'a regardé sans dire un mot, puis il m'a dit gentiment : Si tu ne comprends pas ce qui se passe, alors peut-être que tu ne mérites pas d'être l'un des nôtres. Et il a poursuivi : Eh bien, oui, le monde n'est pas le même, notre gouvernement et nos politiciens ont décidé que nous devions vivre différemment et je suis d'accord avec eux.

J'ai été choqué ! Parce que, moi-même, je n'aime pas trop ce que fait notre gouvernement. Je pense que la plupart, sinon tous les politiciens, pensent à eux-mêmes avant de penser à moi. La façon dont je les vois agir ne me donne pas beaucoup de satisfaction. Ils dépensent beaucoup de temps, d'énergie et d'argent sur des questions qui ne valent pas tant d'efforts et ils ne s'en rendent pas compte. A tel point que je mets parfois en doute leur intelligence. Qui est le coupable ? Ceux qui ont voté pour eux en premier lieu. Vous, moi et plusieurs autres ?

Et que dire de l'Education?
Là encore, de nombreux points peuvent être soulevés et le pire, c'est de payer des sommes exorbitantes pour aller à l'université, les coûts sont astronomiques. Sans parler des problèmes inventés par les politiciens concernant les quotas qui les obligent à accepter un certain nombre de minorités, ce n'est qu'un écran de fumée alors que les universités sont trop heureuses d'accorder d'énormes bourses à des athlètes noirs qui ne méritent pas d'être acceptés sur la base de leur moyenne générale pour jouer dans leurs équipes de football et de basket, une source de revenus gigantesque.

Ce système a maintenant créé une classe d'étudiants débiteurs qui ne seront pas en mesure de participer à cette économie parce qu'ils seront soumis aux banques et aux institutions de prêt qui feront plus de profits sur leur dos. Et voici une autre question qui divise les classes. Devrions-nous oublier les prêts étudiants ? Certains disent non simplement parce qu'ils ont dû payer les leurs et à leur valeur nominale. Beaucoup de ces étudiants ne pourront pas acheter une maison, avoir une "grande" famille et participer à l'économie d'une manière qui lui soit profitable. Bien entendu, certains politiciens sont trop heureux d'en faire un sujet de division des classes.

N'est-ce pas Jefferson qui affirmait que la démocratie ne pouvait survivre qu'avec des citoyens éduqués et nous faisons actuellement le contraire ? Et quand nous voyons les intellectuels, eux aussi rejetés, boudés et ostracisés parce que les masses n'ont pas beaucoup d'éducation et les considèrent comme une menace.
Je suis toujours étonné par la façon dont nous sommes manipulés par nos politiciens et notre presse pour servir leurs intérêts et non les nôtres.

Je suis tenté d'inscrire ici une partie d'un texte que je viens de lire et qui me semble logique. Il est tiré de Tucker Carlson : Bannon reconnu coupable d'un crime dont les démocrates ne sont jamais reconnus coupables.
La marque de fabrique de tout régime autoritaire est la justice politisée. Dans ce système, vos opposants vont en prison, vos partisans peuvent faire ce qu'ils veulent et cela révèle que l'État existe non pas pour servir les gens qui y vivent, mais pour se préserver et écraser toute dissidence.

Je déteste penser que nous en sommes arrivés à un point proche ici aux États-Unis, parce qu'il n'y a rien de pire que ça, de plus effrayant ou de plus difficile à réparer, mais en fait, nous avons atteint ce point. C'est là que nous sommes.

Encore une fois, ce texte m'a dérangé et je le partage ici au cas où certains lecteurs seraient d'accord avec lui. Malheureusement, je n'ai jamais pensé que parler de l'humanité me ferait écrire ces mots méprisables. Mais c'est la vie.

J'ai toujours imaginé le monde comme le meilleur endroit où les gens vivaient et s'aimaient, partageant tout ce que la planète avait de bon à offrir, nous donnant l'humanité que nous méritons. Car, pour moi, l'humanité, c'est l'homme, la femme, la nature humaine, au service des autres qui font partie de nous. Pour moi, c'est l'altruisme, le respect et la bienveillance envers les autres.

Je dois m'arrêter et me demander si ce que je viens d'écrire a un sens.
Je suis triste de ne pas être d'accord. Lorsque nous voyons et entendons des conflits de toutes sortes, voire des guerres autour de nous, ne nous posons-nous pas la question suivante ?: Est-ce que c'est bien ? Est-ce que c'est comme ça que ça devrait être ?
La réponse est claire et simple : nous, hommes et femmes vivants sur ce que nous appelons notre planète, sommes seuls responsables de ce qui nous arrive. Et nos gouvernements, où qu'ils soient, sont complices en ne faisant rien. Je répète rien.

Où est l'intelligence ? A-t-elle disparu ? Ou était-elle là dès le début?

Je me souviens que, dans le passé, l'humanité a été capable de soutenir à la fois les guerres et le progrès. Aujourd'hui, ne devrions-nous pas protéger le sort de l'humanité ? N'avons-nous pas en nous une once de pitié pour l'humanité ? Oui, l'humanité s'est enrichie de la technologie et nous a conduit à une productivité accrue. Conséquemment,nous ne devrions pas essayer de la tuer, sachant que l'histoire est la vie des nations et de l'humanité.

Je suis tenté d'accuser les puissances maléfiques, parmi lesquelles les gouvernements ou certaines parties d'entre eux, de ne pas se rendre compte des dommages qu'elles causent à notre vie. Quand comprendrons-nous la valeur de l'humanité pour la respecter et en être fiers ? Elle a tant de bienfaits que nous oublions d'en profiter. Peut-être que si nous en faisons une religion, puisque les personnes religieuses sont des observateurs, alors l'humanité obtiendra ses lauriers.

J'ai dit que je ne suis pas un philosophe, pourtant, en relisant ce qui précède, je me suis rendu compte que je parlais comme tel, oubliant les détails de notre vie quotidienne. A chaque heure du jour, un crime est commis et des vies sont perdues. Qu'avons-nous fait pour mériter ce traitement ? Comment pouvons-nous changer ce comportement ?

Laissez-moi maintenant terminer et examiner quelques aspects positifs pour alléger le poids. J'ai lu ce panneau quelque part, je ne me souviens plus où.
Il disait : ''L'humanité devrait être notre race. L'amour devrait être notre religion.'' Aussi : La bonté est la meilleure forme d'humanité. Et voici plutôt un vœu pieux : L'humanité n'a fait qu'effleurer la surface de son réel potentiel.