Et quelles sont-elles?

Par ordre de leur apprentissage au cours des années:
Le Français, l’Arabe, (ال عربي) l’Espagnol( español),  l’Hébreu,( עברית) l’Anglais (English)  et l’Italien ( italiano).
J’ai aussi le privilège de lire et écrire ces langues.  Qui dit mieux?
Chose curieuse, dès mon jeune âge, j’ai pris goût à apprendre d’autres langues. Voilà quelques années, je me suis mis à apprendre le Portugais, l’Allemand , le Russe. J’ai  retenu quelques bribes et souhaite m’y remettre.
D’autant plus que dans  mes voyages  d’affaires dans les années 80, je me suis régalé à apprendre un peu de Japonais, Korean, Mandarin et Cantonais.

Que vais-je faire avec tout cela?  Me diriez -vous.
Rien, sinon être capable de converser le moindre possible avec un étranger.
Et j’ai découvert qu’essayant de parler  à un étranger dans sa langue plutôt que le forcer à parler la notre , il s’ensuit une très bon bonne entente.

Revenons au sujet en titre .
Je suis né au Maroc ( à Rabat) donc je suis Marocain de naissance.
Dans les années 40-50, le Maroc etait un protectorat français et la langue apprise à l’école était le français. Dans la rue, tout le monde parlait  arabe. Or dans la famille de mon père, on parlait espagnol et la langue nous devenait familière De là,  les troix  premières langues.

A l’âge de 10 ans, la situation pour nous Juifs n’était pas des plus agréable et mon père a décidé d’émigrer avec sa famille en Israël où nous avons passé trois ans. L’hébreu est devenu la quatrième langue.

Nous avons dû quitter Israël où la vie était saine mais trop dure.
Mon père n’en pouvait plus. Nous partîmes en France et un an plus
tard de retour au Maroc. Je retrouvais la langue française trois ans
plus tard. Au bout de 6 ans, les mêmes raisons qui nous ont fait
quitter le Maroc en 1955, se répétaient en 1964 et nous voilà
maintenant en bateau pour le Canada

J’ai maintenant 19 ans et apprend l’anglais, langue nécessaire pour le travail.
L’anglais a été facile à apprendre, devenant ainsi la cinquième langue.
J’ai essayé de me lancer dans l’enseignement et ai , malgré moi, réalisé que la religion d’un côté et les strictes  principes institutionnels ne m’ont pas permis d’œuvrer dans ce domaine auquel j’ai été formé. Quel dommage!

Je me suis retrouvé vendeur pour diverses companies et mon éducation d’enseignant m’a avantagé. A mesure que j’expliquais  mon produit , les acheteurs me demandaient si j’étais prof. Ils achetaient mes produits et sous peu je devenais un excellent vendeur et gagnais bien ma vie.

A un moment, j’ai travaillé avec un ami, Simon et tous deux nous allions en Europe puis en Orient et enfin en Amérique du Sud pour importer des produits que nous vendions au Canada et aux États Unis. Nous avions un merveilleux fournisseur italien que nous visitions au moins deux fois par an, ainsi la langue italienne m’a pénétré au point que je l’aime plus que toutes les autres.  C’était donc la sixième.

Au fil donc de tous ces voyages, j’ai pratiqué mes langues avec un grand plaisir et surprenant fournisseurs et clients. Quoi de mieux?
Ces jours-ci, les gens autour de moi qui me connaissent cet avantage se pressent de dire aux autres: ´vous savez ce Monsieur parle plusieurs langues.’  Ça me fait un petit quelque au cœur et au cerveau. Je pourrai remercier mon père , qui grâce aux voyages avec lui m’a permis d’apprendre des langues avant qu’à mon tour j’en fasse de même.

Aujourd’hui, à l’heure où  j’écris, j’ai 77 ans et aurait souhaité parler parfaitement un peu plus que les six actuelles. Oui, je surprends souvent les gens sortant expressions, proverbes, mots sympas, en Mandarin, Korean, Japonais, Turque, Vietnamien, Polonais même quelques mots en Tamoul.

Bref, arrêtons cet exercise un peu prétentieux. Par contre, j’encourage autour de moi les jeunes parents à apprendre plus d’une langue à leurs enfants.
Combien de fois ai-je entendu dire que les gens à qui je parle, regrette que leurs parents ne leur ont pas appris la langues de leurs ancêtres . Leurs parents pensaient que vu qu’ils sont en Amérique, c’est l’anglais seulement qu’ils devraient parler. Dommage!

J’avoue que tout compte fait je pourrai enseigner mes six langues à quiconque montrerait un intérêt. Et sans gagner un sou. Pour moi, le plaisir me suffira. Il sera double, pour moi et le candidat.
La question devient : Voulez vous apprendre avec moi une nouvelle langue?

Si vous me demandez pourquoi j'aime les langues, la réponse est simple : à un âge très tendre, à 10 ans, j'en parlais déjà trois. Les gens me comprenaient et c'était un bon sentiment.
J'aimais passer de l'une à l'autre avec les personnes qui les parlaient.
J'ai développé ce goût très vite et je crois que si je connaissais trois langues  à 10 ans je devrai en connaître six à 20  ans.  Et cette pensée est restée avec moi.

À la fin du lycée, je me sentais mal de ne pas avoir appris le grec et le latin.
En réalisant que la plupart des mots utilisés en français ou en anglais ont leurs racines en grec ou en latin, c'est devenu plus facile. Ici aussi, j’ai appris un peu.

La mémoire est un facteur important et je suis triste de penser que ma mémoire n'est pas très bonne. La discipline, cependant, est encore plus importante et je m'assure de la respecter.
Oui, je me sens bien, mais je me demande parfois si les gens ne sont pas jaloux de moi. Et cette idée ne me plaît pas. Je souhaite plutôt qu'ils fassent un effort pour se montrer qu'ils peuvent le faire

And what are they?
In order of their learning over the years:
French, Arabic, (ال عربي) Spanish( español), Hebrew,( עברית) English (English) and Italian ( italiano).
I also have the privilege of reading and writing these languages.  Who says better?
Interestingly enough, from a young age, I took a liking to learning other languages. A few years ago, I started to learn Portuguese, German and Russian. I have retained a few bits and pieces and would like to start again.
Especially since during my business trips in the 80's, I enjoyed learning a little Japanese, Korean, Mandarin and Cantonese.

What am I going to do with all this?  You might ask.
Nothing, except be able to converse with a foreigner in the least possible way.
And I have found that trying to talk to a foreigner in his or her own language rather than forcing them to speak ours, results in a very good understanding.

Let's get back to the subject at hand.
I was born in Morocco (in Rabat) so I am Moroccan by birth. In the 40's and 50's, Morocco was a French protectorate and the language learned at school was French. In the street, everyone spoke Arabic. But in my father's family, we spoke Spanish and the language became familiar to us.
From there, the first three languages.

When I was 10 years old, the situation for us Jews was not very pleasant and my father decided to emigrate with his family to Israel where we spent three years. Hebrew became the fourth language.

We had to leave Israel where life was healthy but too hard. My father couldn't take it anymore. We left for France and a year later returned to Morocco.
I found the French language three years later. After 6 years, the same reasons that made us leave Morocco in 1955, were repeated in 1964 and we were now on a boat to Canada.

I am now 19 years old and started learning English, a necessary language for work. English was easy to learn, becoming the fifth language.

I tried to go into teaching and realized, in spite of myself, that religion on the one hand and strict institutional principles on the other did not allow me to work in the field I was trained for. What a pity!

I found myself selling for various companies and my education as a teacher gave me an advantage. As I explained my product, buyers asked me if I was a teacher. They would buy my products and before long I was an excellent salesman and making a good living.

At one point, I worked with a friend, Simon, and the two of us went to Europe, then to the Orient and finally to South America to import products that we sold in Canada and the United States. We had a wonderful Italian supplier that we visited at least twice a year, so the Italian language penetrated me to the point that I love it more than any other.  So that was the sixth one.

During all these trips, I practiced my languages with great pleasure and surprised suppliers and clients. What could be better?
These days, people around me who know this advantage are quick to say to others : 'You know this gentleman speaks several languages.  This causes a little something in my heart and brain. I can thank my father, who, thanks to his travels, helped me to learn languages before I could do the same.

Today, as I write this, I am 77 years old and wish I could speak a little more than the current six. Yes, I often surprise people coming out with expressions, proverbs, cool words, in Mandarin, Korean, Japanese, Turkish, Vietnamese, Polish even a few words in Tamil.

Anyway, let's stop this pretentious exercise. On the other hand, I encourage young parents around me to teach their children more than one language.
How many times have I heard that the people I talk to regret that their parents did not teach them the language of their ancestors. Their parents thought that since they were in America, English only was the key language they should speak. What a pity!

I must admit that all things considered, I could teach my six languages to anyone who shows an interest. And without earning a penny. For me, the pleasure will be enough. It will be double, for me and the candidate.
The question becomes: Would you like to learn a new language with me?

If you ask me how come I love languages , the reply is easy: at a tender age, by 10, I already spoke three. People understood me and it was a good feeling.
I loved switching from one to the other with my own people who spoke them.
I developed this liking so fast and believe that if I knew three by the age of 10, I should know six by the age of 20. And that thought stayed with me.

At the end of high school I felt bad not to have learned Greek and Latin, so I decided  to learn a bit of them on my own, and realizing that most words used in French or English have their roots in Greek or Latin, it became easier .

Memory is an important factor and am sad to think that my memory is not too great . Discipline, however is even more important and I make sure I respect it.
Yes, I feel good but at times wonder if people are jealous of me. And that  idea does not please me. I rather wish they make an effort to show themselves they can do it.